2008

 

Sommaire

François Picard : Parole, déclamation, récitation, cantillation, psalmodie, chant

Frédéric Lagrange : Réflexions sur quelques enregistrements de cantillation coranique en Égypte (de l’ère du disque 78 tours à l’époque moderne)

Jean-Philippe Amar : Réflexions sur la Thora cantillée

Nicolas Meeùs : Vox et littera dans la théorie musicale médiévale

Nidaa Abou Mrad : Prolégomènes à une approche vectorielle neumatique de la modalité

Sasan Fatemi : Le tasnif iranien ancien, sa rationalisation et son rapport avec les genres vocaux religieux

amdi Makhlouf : Dimension musicothérapeutique du rite Ṣṭumbālī de Sfax (Tunisie)

Éditorial

Les traditions musicales vivantes et/ou anciennes s'inscrivant dans le champ religieux présentent généralement d’importants points de convergence sur le double plan anthropologique et systémique. Cet apparentement est accentué sur le territoire des religions monothéistes abrahamiques. Aux similitudes rituelles et esthétiques, notamment quant au rôle théologal de la musique porteuse du Logos divin révélé et proféré, se superposent des dynamiques historiques de filiation et d’osmose, favorisant l’existence de profils-types communs de fonctionnement aussi bien du point de vue mélodique modal que de celui de la rythmique, du style et des formes de composition.

Il s’agit là incontestablement d’un champ de prédilection pour les recherches s’inscrivant dans la logique d’une musicologie générale des traditions. Celle-ci consiste du point de vue pratique à mettre en commun les méthodes et les outils d’investigation appartenant initialement aux contextes de la musicologie classique (dans sa double composante historique et systématique) et de l’ethnomusicologie (dans sa double composante analytique musicale et anthropologique) pour approcher une diversité de traditions musicales appartenant à une multiplicité de territoires géographiques et culturels, la sélection des méthodes et outils se faisant en fonction des hypothèses à valider et non pas de la géographie. Chemin faisant, l’ancienne quête comparatiste des universaux de la musique trouve ainsi matière à se renouveler et se redéfinir en tenant compte des paramètres culturels dans la modélisation des données systémiques musicales.

Composition du numéro 2

Ce numéro de la RTMMAM est consacré à l’étude des traditions musicales religieuses des mondes arabe et méditerranéen et de territoires apparentés, précisément du point de vue de cette musicologie générale des traditions, sur laquelle ce périodique fonde sa stratégie.

Le premier thème de ce numéro est celui de la cantillation dont la typologie est à faire dans une optique musicologique générale, notamment à partir d’une relecture des travaux pionniers de Solange Corbin en contexte chrétien, cette fois-ci au contact de traditions cantillatoires d’autres religions. Trois articles y sont consacrés.

François Picard propose de réexaminer les rapports entre parole, déclamation, récitation, cantillation, psalmodie, chant dans des termes qui réconcilient musicologie généralisée et anthropologie religieuse.

Frédéric Lagrange examine le style de cantillation mélismatique du Coran en Égypte, en mettant en exergue les composantes de son esthétique, à partir de l’analyse de documents sonores du xxe siècle.

Jean-Philippe Amar propose une réflexion sur les principes de la cantillation juive à travers les notions de transmission du message divin, d’interprétation de celui-ci et de création de sens.

Le deuxième thème de ce numéro est celui de la modalité. La principale préoccupation manifestée à cet égard est la mise en exergue de la dichotomie entre données statiques et dynamiques dans l’appréhension du phénomène modal.

Nicolas Meeùs s’appuie sur une analyse des textes théoriques médiévaux latins pour montrer que, si la notion de littera désigne la position de la note dans l’échelle, celle de vox se rapporte plutôt à sa fonction mélodique.

Nidaa Abou Mrad propose les vecteurs neumatiques comme outil quantitatif d’approche de la modalité motivique, à partir d’une relecture non-diatonique des travaux de Jean Claire sur la polarité modale et d’une relecture monodique de la théorie des vecteurs harmoniques de Nicolas Meeùs.

Deux autres thèmes sont également abordés dans ce numéro.

Sasan Fatemi étudie l’approche rationaliste moderniste qui est faite du tasnif iranien ancien et de son rapport avec les genres vocaux religieux, en confrontant données esthétiques et stylistiques.

Hamdi Makhlouf analyse un rituel musical de transe, à visée thérapeutique, pratiqué par la communauté du Ṣṭumbālī de la ville de Sfax, en mettant en exergue l’intégration mutuelle des données musicales et rituelles.

Remerciements

Je tiens à remercier l’Université Antonine et l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) d’avoir permis, par le biais de leur coopération (mise sur pied en 2006), la poursuite de la publication de ce périodique scientifique. Je voudrais remercier tout particulièrement MM Jean During, Frédéric Lagrange, Nicolas Meeùs et François Picard pour leur précieuse contribution à la conception et à l’élaboration de ce numéro, ainsi que M. Kirk-Evan Billet pour la révision qu’il a effectuée des résumés anglais des articles.

Nidaa Abou Mrad
Rédacteur en chef